Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 10:06

 

4/12 FD6 : Mélange de 8 sacs de mortier, puis transport à FD6, avec 18 mètres de rond à béton. 

 

7/12 FD6. Grosse journée de travail à FD6. Frits a monté des murs durant la plus grande partie de la journée. 7 sacs de mortier (105 kg) sur les 10, ont été utilisés. Ensuite, il a fixé 3 tubes Travhydro. Et pour finir en beauté, il a creusé au fond, et une vingtaine de bacs de pierres et de boue ont été remontés.  Ont travaillé en parfait synchronisme : Frits, Nico, Wolter, Bart, Pol.

 

 FD6_20141107_Wolter--3--le-fond.jpeg   FD6_20141107_Wolter--2--le-bas-de-la-2eme-echelle.jpeg

 

9/12 Trou des Sottais à Hestroumont. Deuxième séance de désob. dans ce double trou : Tony dans le trou de gauche, Pol dans celui de droite. Des deux côtés, on voit à quelques mètres, mais les conduits sont étroits. La méthode consiste à abaisser le niveau du sol de 60 à 70 cm, le sol est en fait un remplissage fait de sédiments amenés par l’eau. Nous ne sommes pas les premiers : nous avons exhumé un fer de houe.  La cavité ressemble, à première vue, à un labyrinthe de galeries comblées en grande partie par des alluvions. Nous nous interrogeons sur la nature de cette cavité : perte ou résurgence ? Elle est située à quelques mètres du ruisseau à sec qui marque la frontière entre la prairie et le versant boisé, 1,5 mètre plus haut, en face de la perte-résurgence (eh oui, c’est compliqué, voir le compte-rendu du 25/11 et la dernière photo), et des fameux Borboux : les résurgences-volcans.

Ont terrassé comme des taupes : Tony et Pol.

 

12/12 Trou Victor. Ce vendredi reprise des sorties au trou Victor après une pause « sciatique ». Rentrée précipitée dans la cavité tant le temps était exécrable dehors. A l’intérieur quelques filets d’eau témoignent de ce déluge. Pas de quoi cependant s’essayer à une coloration. Le débit  rencontré lors de la découverte de cette cavité est certainement passé dans le réseau d’égouts créés avec le lotissement. Poursuite du chantier par le dégagement de blocs au bas d’un ressaut. Quelques tirs chirurgicaux enfantent des « granulats » qui sont ensuite hissés grâce à un kit militaire, vestige d’une époque révolue. Deux heures plus tard, remontée méthodique vers la surface en fureur. TPST : 3H50.

Participants confiants : André et Patrice

 

 

13/12 AG annuelle du GRSC. Chez Oscar à Méry-Tilff. Dans une ambiance amicale et gastronomique. Ont répondu présent : John, Frits + Gwen, André + Nadia, Thierry, Marie, Michel, Victor, René G. + Geneviève + Pierre, Marc + Sabine, Patrice, Giovanni + Marianne, Claude + Sylvia, Nico + Sarah, Bart + Carine, Annette, Pol.

 

14/12 Douve aux salamandres. (au lieu de la grotte Michaux)

Les libations de l’assemblée générale de la veille étaient à peine dissipées, qu’une forte équipe a envahi les hauteurs d’Avister.

Une petite équipe est allée fouiner dans des dolines intéressantes non loin de la ferme de Nomont. (Victor et André).

Victor était déjà allé, de bon matin, creuser dans son chantier aux Awirs.

Un solitaire a creusé  à la Douve aux Eaux sauvages qui portait bien son nom en ce dimanche de froidure. (Thierry)

      Concentrationthierry.JPG                           Eauxsauvages.JPG

       Thierry très concentré                                                          Le ruisseau des Eaux sauvages

Une grosse équipe dans la Douve aux Salamandres éparpillée comme suit :

Une équipe composé de Nico, Frits et André en route pour examiner les chantiers du fond de cette Douve. A l’aval de la rivière terminale, la sentence est tombée, arrêt de l’obstination. A la cheminée des marionnettes on devrait poursuivre le chantier ainsi qu’à la cheminée du Sablier. Examen à -78m, à l’endroit d’où sort l’eau de la petite rivière, d’ un conduit siphonnant  (sur au moins 1 m avec un pendage à 45° plein nord à travers les strates) . Il  semble conserver une taille elliptique constante (60 cm x 40 cm). Il faudra attendre une période plus sèche et y retourner avec un tuyau pour siphonner un max. Remontée en percutant ça et là des passages « chiants ». TPST : 5 heures.

siphon.JPG      Marie-et-foreuse.JPG

André et Frits devant le siphon                                      Marie gère la foreuse

Une autre équipe (Marie et Patrice) est descendue jusqu’au fond tout en examinant la géologie de cette cavité verticale.  TPST : 3H50.

Marie.JPG   Au prise avec une des nombreuses étroitures de la cavité

 

Enfin Pol a seulement pris l’air de la caverne : il a descendu jusqu’au carrefour (à -40) puis est remonté, il s’est ensuite attelé à un petit travail d’entretien de la porte des Salamandres, puis s’en est allé examiner les courants d’air au fond du chantier à FD6.(les fissures du fond aspiraient) 


18/12 Trou des Sottais à Hestroumont. Continuation de la désob sous une pluie fine qui n’a jamais cessé. Les Borbous crachaient l’eau, et nous avons dû traverser le ruisseau avec un beau débit, alors qu’il est à sec le plus souvent. Dans le trou de gauche, Tony est arrivé sur l’eau en approfondissant l’entrée. Le fond du trou est au même niveau que le ruisseau. Nous avons travaillé 3 heures dans la gadoue. Les galeries ont été comblées de terre et de détritus divers amenés par l’eau.Ont terrassé sous la flotte et dans la boue : Tony et Pol. 

19/12 Trou Victor.  Aménagement de divers passages étroits imparfaitement percutés en son temps. Nous avons dû nous adapter au matériel : percuteur perfectible, marteau anorexique. Poursuite du dégagement de blocs au fond de la cavité. La perspective d’une dénivelée de 160 mètres nous donnent du peps. En raison  des pluies persistantes, nous avons vu avec bonheur l’apparition d’un petit ruisseau qui nous a suivi de façon intermittente jusque dans le chantier du fond. C’est une bonne nouvelle car nous sommes bien dans le trajet privilégié. Si les molécules d’eau passent, nous passerons ! Lors d’une situation météo similaire, nous procéderons à une coloration.A l’époque où les Manants n’étaient pas encore connu, le colorant était sorti au siphon de Ste-Anne mais quid des Manants ?  TPST : 5H15

Participants un peu cassés : André et Patrice

 

 

21/12 Grotte Michaux. Le but était d’aller travailler en haut de la cascade de la rivière de la Barbarie. Les deux rivières coulaient avec un beau débit. Dans le laminoir merdique sous la corde d’accès à la salle déclive, Frits a dégagé la boue et les pierres, puis il a jugé le passage trop dangereux vu que des pierres se détachaient du plafond. Nous avons donc fait le « saute-mouton » via la salle déclive, qui pissait des plafonds. La suite de nos travaux fut une série de percutages jusqu’à extinction de l’accu de la foreuse. Frits commenca par élargir la chatière que Pol n’avait pu franchir lors du levé topo, puis il continua sur sa lancée à élargir les étroitures presque jusqu’à la rivière. Il reste quelques-unes à élargir. La voie directe (le passage merdique) est maintenant condamnée par les pierres issues des percutages.  TPST : 5H25.   Ont participé : Frits, Nico, Pol. 

 

 

25/12 Prospection à Juzaine, 2ème séance. Le 13 novembre, je fouillais l’ancienne carrière du Four à Chaux, et trouvais l’endroit intéressant. Cette fois, j’ai prospecté le même versant, en amont de l’ancienne carrière, jusqu’aux dernières maisons de Juzaine, et j’ai revu le site de la grotte Rollin, ainsi dénommée dans l’inventaire SSW. Très intéressant, puisque, de bas en haut sur une même ligne, on trouve : une résurgence, puis 5 mètres au-dessus : la petite grotte Rollin, et 15 mètres plus haut, un effondrement imposant. Pol

Juzaine_grotte-Rollin--1-.JPG  Grotte Rollin

 

 

26/12 Grotte Véronika. Visite par Frits, Frans, Franciscus, Wolter, + famille et amis.

Trou Victor. Sortie classique du vendredi pour cette tête de réseau. Descente en nombre qui nous a permis de remonter du chantier un tas de blocs inutiles qui encombrait la zone de travail. Grâce à l’efficacité de deux journaliers payés en noir nous avons pu remonter près d’une centaine de blocs.

A la remontée, tentative infructueuse de passer le sas, étroiture mythique par un des journaliers.

Troisième mi-temps à l’Amirauté devant une assiette de gambas sous l’air : On n’a que le bonheur…

Participants « à la pièce » : André, Patrice, Arnaud Dohmen (CRSL), Arnaud Sougnez (RCAE)

TPST : 4h45

 

28/12 Souffleur de Beauregard. Guidage pour une équipe de l’union lorraine de spéléologie emmenée par Pierre Cartry, et travail par Patrice et Renaud, un spéléo d’Arlon qui l’ a aidé. Patrice a élargi au percuteur  le début du méandre Fistule. Ensuite ils ont visité la partie amont de ce méandre qui se dirige vers le nord. Ils ont avancé d’une vingtaine de mètres et ça continue !

Pol a guidé le reste de l’équipe : amont de la rivière Orange jusqu’au bout, retour par les plafonds : galerie Gulliver, puis aval de la rivière Orange avec la galerie des Sages et la salle André Lachambre.

TPST : 7H50. Ont apprécié le Souffleur avec beaucoup d’eau : Patrice, Pol [+ Pierre Cartry, Delphine, Thierry, Mathéo, Renaud]

IMGP1868.JPG  Pierre Cartry à la rivière Orange

 

 

30/12 Grotte de Saint-Marcel d’Ardèche. Visite par René et Giovanni. Entrée par l'entrée naturelle, traversée du réseau touristique et marche au-delà pendant une demi-heure. TPST : 4h30

 

 



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rechercher