Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 11:15

 

7/8 FD6. reprise de la désob. qui s’est faite à une cadence d’attaque : 120 bacs ont été remontés. Le fond du puits a été descendu de un mètre. Nous sommes passés à côté d’un cadavre enfoui dans les sédiments : la boue que nous enlèvions, puait la charogne. Mais nous nous retrouvons à nouveau dans une situation menaçante, les éboulements sont vite réapparus : la base du mur de briques est dans le vide, et un gros éboulement s’est produit dans le coin Sud-Ouest, dégarnissant une voûte et ses montants menaçants. Des vides sont apparus du côté Sud-Ouest, non pénétrables, mais soufflants. La tête de puits vue par patrice n’a pas été retrouvée : sans doute bouchée. Hélas, aucun rocher stable n’est visible, donc impossible à ce stade de monter une maçonnerie. Nous devrons par conséquent continuer à vider dans cet environnement dangereux, jusqu’à trouver du banc rocheux. Rendez-vous samedi prochain à 9 heures à Nomont.

Ont participé : Frits, [Wolter], Pol, Giovanni, Thierry.

 FD6 20110821 Adrie (4)

 

 

13/8 FD6. Deuxième séance de désob. sous la base du mur. Une forte équipe de creuseurs déterminés a abaissé encore le point bas de deux mètres ; 110 bacs et des grosses pierres ont été remontés. Des vides sont apparus, non encore pénétrables. Le puits atteint maintenant 9 mètres de profondeur, dont les six premiers sont consolidés. Les éboulements se succèdent. Il est urgent de consolider sur trois mètres en hauteur à partir du fond actuel. Je lance un appel aux bonnes volontés.

Ont participé : Frits, [Wolter], Victor, Patrice, Thierry, Pol.

 

FD6_20110821_Adrie--8-.jpg

 

21/8 FD6. Durant la semaine écoulée, j’ai acheté des matériaux chez Bigmat, et amené dans la doline : 18 m de ronds à béton, 100 kg de béton préparé, 60 kg de mortier que j’avais mélangé à la maison, 30 blocs de béton pleins, 25 grosses briques, 25 pavés 15 x 15, des planchettes et des grilles métalliques fournies par Rémy, pour coffrer. J’ai aussi taillé des marches du côté Nord car le sentier que j’avais tracé était devenu trop glissant. Jeudi, j’avais constaté qu’un nouvel éboulement avait remblayé le fond du puits.

Ce dimanche, Frits et moi avons commencé par descendre au fond. C’est de moins en moins rassurant. J’ai fait une grosse erreur d’organiser une deuxième séance de désob. le 13/8 de suite après celle du 7/8. Nous sommes descendus trop bas en-dessous de la base du mur de briques, sans étançonner. Il aurait fallu consolider après la première désob. Les éboulements ont fragilisé le puits, ils remontent derrière le mur dont la base pend dans le vide. A retenir : désobstruer le matin, consolider l’après-midi, et ne reprendre la désobstruction qu’après avoir neutralisé toutes les situations menaçantes.

Nous prenons la décision de construire une semelle de béton armé sur le remblai, du côté Nord. Frits au fond, Rick et moi, en surface. La semelle était presque terminée, qu’une première catastrophe se produisait, dont Frits a pu échapper sans dommage. Un gros bloc d’un mètre de long s’est écroulé du haut de la niche côté Sud-Ouest, et a atterri à l’emplacement de Frits. Après une demi-heure d’attente en surface pour laisser tomber ce qui devait encore tomber, Frits est redescendu, et, changement de priorité, il a construit un mur à l’entrée de la niche, côté Sud-Ouest. Une fois cette construction quasi-terminée, nous avons constaté (deuxième catastrophe) que le bas du mur de briques en suspension se fissurait horizontalement, ainsi qu’une fissure verticale dans le remblai à gauche du mur. Frits a fixé un étancon métallique sous la semelle du mur. Puis nous avons clôturé la journée avant d’avoir pu commencé à monter des blocs sur la nouvelle semelle tout au fond, car nous n’avions plus de mortier, ni de béton. 160 kg ont été utilisés ce jour. Il est plus qu’urgent de monter ce mur et venir rejoindre et soutenir le bas du mur de briques, un bon mètre plus haut.

Ont travaillé : Frits, Rick, Pol.

 

fd6-chantier-002.jpg

 

 

22/8 Rémy et moi avions convenu d’aller travailler à FD6 le mardi 23 et le vendredi 26 en matinée. Au programme : monter un mur de blocs pour rejoindre la base du mur de briques et supprimer l’étançon. Ce lundi j’ai apporté dans la doline 18 mètres de rond à béton coupé à 50 cm, et 50 kg de mortier que j’ai préparé auparavant. Je suis descendu à l’échelle, pour ne pas prendre appui sur le mur de briques. Et j’ai observé les nouveautés par rapport à hier. La fissure horizontale dans le mur de briques, à 40 cm au-dessus de la semelle, ne s’est quasiment pas élargie: je pouvais glisser l’index dedans, du côté gauche ; et l’affaissement du remplissage dans le coin Nord-Ouest (à gauche du mur) s’est accentué. En bas: pas d’éboulement. Je crains un effondrement du coin Nord-Ouest avec rupture du mur. J’ai pris sur place la décision d’annuler mes sorties de la semaine à FD6, et nous verrons en fin de la semaine, qui s’annonce encore très pluvieuse, si la situation s’est encore aggravée ou si elle est restée stationnaire, auquel cas nous pourrons peut-être envisager de monter rapidement le mur de blocs.

 

FD6-009.jpg

 

26/8 Ce matin, je suis descendu au fond du puits afin d’examiner quelle était la situation par rapport à lundi 22. Je vous livre la constatation sans attendre : la situation est stationnaire : le mur n’a plus bougé, grâce sans doute à l’étançon ; et pas de nouveau gros éboulement. Nous pourrons maçonner dimanche. Le flanc Est, sous le mur, est en train de s’ébouler. Dès que le flanc Nord sera consolidé, il faudra consolider aussi le flanc Est. C’est une course !

Mais j’ai appris quelque chose. Je suis arrivé dans la doline avec l’orage. J’ai allumé ma frontale lorsque je descendais la Drève Sainte-Anne, tellement le ciel était sombre. Je suis descendu à l’échelle sous la pluie. Mais arrivé sur le fond du puits, après 10 secondes, j’ai reçu soudainement sur le casque un véritable ruisseau. L’eau rebondissait sur le mur de briques. Je suis remonté sans traîner. Et j’ai fait les observations : l’eau sortait de la base du premier caisson, dans le coin Nord-Est ; une fois sorti du puits, j’ai remarqué que l’eau sortait sous les pierres sur une largeur de 4 mètres, du côté Nord, à la rupture de pente. Pas d’écoulement dans le chemin emprunté par l’eau en janvier. Je suis monté voir le sentier au Nord de la doline : la tranchée creusée canalisait parfaitement l’eau, le débit était égal à ce qui m’était tombé dessus dans le puits. La différence est que l’eau dans le fond de la doline s’est tarie aussi soudainement qu’elle était apparue. J’ai assisté à un « coup d’eau » brutal. La doline fonctionne donc comme un collecteur ; nous devrons en tenir compte pour la suite. Avant de retourner à la voiture, complètement trempé, je me suis baladé et ai suivi plusieurs ruisselets / ruisseau pour voir leur point de perte.

Pol

 

fd6-chantier-004.jpg

 

28/8 FD6. Youpiiie ! Le mur de blocs, côté Nord, est monté jusqu’à rejoindre sur une petite surface de contact, la semelle du mur de briques sus-jacent. Frits a travaillé énormément dans le fond du puits pour maçonner ce nouveau mur, et colmater l’évidement volumineux derrière. Il a aussi commencé la consolidation sur le côté Est. 100 kg de mortier, 30 blocs de béton 30 x 20 x 9, et quelques briques, ont été consommés. Nous nous sentons en meilleure sécurité maintenant. Il reste à terminer la jonction sur toute la largeur du mur de briques, et beaucoup d’autres constructions de consolidation à réaliser avant de poursuivre la désob.

Ont travaillé : Frits, Rick, [Wolter], Pol, Thierry.

 

30/8 J’ai porté 10 blocs de béton, 50 kg de mélange, et 20 kg d’eau dans la doline FD6

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rechercher